WHAT IS IT? QUE'EST-CE QUE C'EST ?

N-AERUS is a pluridisciplinary network of researchers and experts working on urban issues in Developing countries. It was created in March 1996 by a group of European researchers. Its objective is to mobilise and develop the European institutional and individual research and training capacities on urban issues in the South with the support of institutions and individual researchers with relevant experience in this field. N-AERUS will work in association with researchers and institutions in developing countries.


Creation of N-AERUS is based on three statements:

  • Cities are increasingly contributing to the general development process;
  • Any intervention has to take into account the social dimension of urban development, the cultural diversity of the cities and the complexity of urban areas;
  • European research capacities and experiences in the urban sector are presently under-utilised.
  • There is sufficient evidence to consider urbanization one of the major driving forces behind the deep changes Third World countries are experiencing, and to consider the management of urban growth one of the most difficult tasks these countries have to face in the coming decades.

    Now it is widely acknowledged that not only are cities of the developing countries becoming not only increasingly large in number and in population, but they are also the most dynamic concentrations of social and economic development consequently, they can help build more progressive and democratic societies. They can also generate a disproportionate share of national wealth, so that their functions within the national economies should be enhanced by government policies and international aid programmes.

    Although there is strong evidence that urbanization can induce significant advancements in the social, economic cultural and spatial conditions of cities, actions need to be taken both to hasten these achievements and to cope with the negative consequences of urban growth.

    European universities and institutions have been able to carry out a large array of individual and joint research projects and to offer many training programmes on urban problems in developing countries. However, not only have most of the governments of the European Union failed to make good use of this research and training, they have also in recent years been reducing their support for research and aid focusing on the developing countries.

    Experience of research and training institutions could be used by the European Union to back up to promote technical assistance programmes and urban projects.

    The E.U. can play a key role in shaping new approaches and methods to meet this challenge, while recognising and emphasising the specific social, cultural and spatial potentialities of the cities in developing countries.

    To perform this role, the European Governments and institutions must give more attention to urban issues in their programmes, increasing the share of financial aid directed at urban problems and opportunities, and they must relate more closely to research and training institutions in the EU which deal with the urban issues of the South.

    As a network aiming at disseminating information, developing research and training capacities, mobilizing and consolidating institutional and individual capacities and ((backing)) urban development projects, N-AERUS can be a key tool of the implementation of new forms of co-operation between European and Developing countries.


    N-AERUS est un réseau pluridisciplinaire de chercheurs et d'experts travaillant sur la question urbaine dans les pays en développement. Il a été constitué en 1996 à l'initiative d'un groupe de chercheurs européens. Il a pour objectifs de réunir, mobiliser et développer les capacités institutionnelles et individuelles européennes de recherche et de formation en matière urbaine pour le Sud. Il fonctionne en association étroite avec les equipes de chercheurs et d'experts des pays en développement.


    La création de N-AERUS part d'un constat:

  • les villes contribuent d'une manière croissante au développement global;
  • aucune intervention sur la ville n'est possible si n'est pas prise en compte la dimension sociale du développement urbain, sa diversité culturelle et sa complexité;
  • les capacités de recherche et l'expérience européenne dans ce domaine sont actuellement sous utilisées.
  • L'urbanisation est devenue l'une des forces majeures engendrant les changements qui affectent les pays du Tiers Monde et la gestion urbaine l'une des tâches les plus difficiles que ces pays auront à affronter dans les décennies à venir.

    Il est certain que les villes dans les pays du Sud non seulement sont en croissance en nombre et en population, mais qu'elles constituent également les concentrations les plus dynamiques de développement social et économique. En ce sens, elles peuvent contribuer à bâtir des sociétés de progrès et de démocratie.

    Elles peuvent également générer une répartition plus équitable des richesses nationales, si leur fonction dans l'économie nationale est reconnue par les politiques gouvernementales et les programmes d'aide internationale.

    Bien que l'urbanisation puisse induire des avancées significatives du point de vue des conditions sociales, économiques, culturelles et spatiales dans les villes, des actions doivent être entreprises pour pallier les effets négatifs de la croissance urbaine.

    Ces dernières années les gouvernements nationaux dans l'Union Européenne ont réduit leur appui à la recherche et aux programmes d'aide internationaux, bien que les universités et d'autres institutions proposent une offre très large de recherches individuelles ou conjointes et des programmes de formation specialisés sur les problématiques urbaines dans les pays en développement.

    Leur expérience pourrait être mise à profit pour appuyer des programmes d'assistance technique et des projets urbains de l'Union Européenne. Celle-ci peut jouer un rôle clef en proposant de nouvelles approches et méthodologies de gestion urbaine, en reconnaissant et amplifiant les potentialités sociales, culturelles et spatiales spécifiques des villes du Tiers Monde.

    Les gouvernements nationaux et les institutions européennes doivent reconsiderer l'attention limitée accordée jusqu'à present aux programmes d'assistance dans le domaine urbain, augmenter les moyens financiers mis à disposition des programmes urbains de coopération et collaborer davantage avec les institutions de recherche et de formation de l'Union Européenne.

    En tant que réseau d'échange d'informations mais aussi de réflexion et d'appui à des interventions dans le cadre de projets urbains, N-AERUS peut être un instrument de cette coopération. Il a pour objectifs de réunir, mobiliser et développer les capacités institutionnelles et individuelles européennes de recherche et de formation en matière urbaine pour le Sud. Il fonctionne en association étroite avec les equipes de chercheurs et d'experts des pays en développement.



    Download the Original Creation Statement of N-AERUS (Made in Brussels, the 23 of March of 1996: .pdf | .rtf