16ème Conférence N-AERUS: 2015 Dortmund (Allemagne)

16ème Conférence N-AERUS: documentation available for download

« QUI GAGNE ET QUI PERD ? – Explorer et apprendre des transformations et des acteurs dans les cités du Sud. »

La conférence aura lieu du 19 au 20 Novembre 2015 à Dortmund (Allemagne). Elle est organisée conjointement par N-AERUS, Habit Unit de l’Université Technique de Berlin et le Département des Études de Planification Internationale de l’Université Technique de Dortmund.

La table ronde 1 initie une discussion se concentrant sur les nouveaux arrangements de l’espace. Please find the conference documentation-Roundtable 1 here.

la table ronde 2 appelle à dépasser l’approche commune des meilleures pratiques et à promouvoir les acteurs dont les voix ne sont pas encore reconnues actuellement. Please find the conference documentation-Roundtable 2 here.

La table ronde 3 met en relation les trois sphères de production de connaissance que sont les académies, les agents de consultations et de développement et les politiques. Please find the conference documentation-Roundtable 3 here.

Registration is open until October 25th. Please refer to the conference information and the draft program. Vous trouverez ici une liste d’hôtels à Dortmund et les indications pour se rendre au lieu de la conférence.

La date limite de soumission des articles BASÉS SUR LES RÉSUMÉS SELECCIONÉS est fixée au 15 Octobre 2015. Un modèle à utiliser pour la mise en forme de votre article est fourni ici. Les communications seront publiées en ligne par la TU Dortmund et N-AERUS. La publication recevra un DOI (Digital Object Identifier) avec un numéro d’identification permanent comme pour les articles dans des revues à comités de lecture. Les dix meilleurs textes seront publiés dans la revue scientifique « TRIALOG – a Journal for Planning and Building in a Global Context” (ISSN 0724-6234) en 2016.

L´équipe organisant cette conférence: Dr. Paola Alfaro d’Alençon, chercheuse et conférencière senior pour Habitat Unit à l’Université Technique de Berlin, Dr. Wolfgang Scholz, actuel chef du Département des Études de Planification Internationale de l’Université Technique de Dortmund et les coordinateurs du réseau N-AERUS : Cecilia Cabrera, Alexandra Linden et Enrico Michelutti.

—-

CALL FOR PAPERS

XVI CONFERENCE N-AERUS:

QUI PERD ET QUI GAGNE ?

Explorer et apprendre des transformations et des acteurs dans les villes du Sud.

Arrière-plan

Avec le développement actuel des villes autour du monde créant des défis urbains croissants, tel que les nouvelles formes urbaines et leurs modèles de développement, les attentes et les responsabilités des politiciens, des chercheurs urbains et des industries consultantes prennent une importance croissante. Le monde académique semble inerte alors qu’il se bat continuellement pour démêler les épistémologies disciplinaires et tenter de surmonter l’exclusivité des cadres établis de la production des connaissances. De la même manière que les actes des politiciens et décideurs sont déterminés au sein de leur propre logique et agenda, ceux des développeurs, des donateurs, des banques, des ONG et des consultants ont leurs propres échéances, envergures et méthodes de travail. Manifestement, tous ces secteurs produisent des connaissances signifiantes sur le développement urbain ; bien que leurs connaissances et leurs actions soient souvent déconnectées les unes des autres et, pire encore, qu’elles ne soient souvent pas applicables. La conférence N-AERUS va traiter ces défis en se focalisant sur trois enjeux :

La table ronde 1 initie une discussion se concentrant sur les nouveaux arrangements de l’espace, la table ronde 2 appelle à dépasser l’approche commune des meilleures pratiques et à promouvoir les acteurs dont les voix ne sont pas encore reconnues actuellement. La table ronde 3 met en relation les trois sphères de production de connaissance que sont les académies, les agents de consultations et de développement et les politiques.

1 – L’urbanisation derrière les méga-villes : nouvelles formes urbaines – nouvelles constellations d’acteurs

Les discours associés au développement urbain ont tendance à se focaliser sur les composantes de discussion et les outils d’analyse majeurs. Toutefois, derrière la discussion dominante des méga-villes, de nouvelles formes d’urbanisation sont en train d’émerger, telles que la revitalisation des centre-villes, le développement du réseau ferroviaire, les villes secondaires, un continuum urbain-rural, les habitations transférées ou à multiples locations, pour n´en nommer que quelques-unes. Ces nouvelles formes d’urbanités se développent par le biais d´un nouveau groupe d’acteurs parallèlement à ceux qui sont institutionnellement et officiellement établis. Tous ces nouveaux acteurs ne sont pas impliqués dans les processus de décisions. Alors que certains acteurs bénéficieront de ces formes urbaines émergentes, d’autres vont clairement y perdre, par exemple à travers des déplacements ou encore des évictions et gentrifications forcées. C’est à ça qu’il faut remédier.

2 – Apprendre des diverses expérience en dehors de ‘la meilleure pratique’

L´angle prédominant de notre compréhension et notre discours sur le développement urbain a tendance à se focaliser sur des études de cas, principalement celles désignées comme les ‘meilleures pratiques”. Les bases de ces études sont des analysesorientées sur un seul contexte spécifique avec ses connotations individuelles, des conflits et des formes du développement social et spatial. Néanmoins, développer des débats basés sur des expériences variées et comprendre la complexité de leur comparaison et l’incessibilité des pratiques urbaines semble crucial en vue de renforcer la compréhension des processus de formation des urbanisations autour du monde (Brenner 2012; Guarneros-Meza&Geddes 2011; Robinson 2011). Ceci est devenu la clé dans la compréhension de contextes spécifiques et joue un rôle important dans la création de connaissances pour la recherche, pour l’élaboration de solutions tangibles, et également pour la surveillance et l’évaluation ou l’amélioration des conditions de vie.

3 – Les politiques des connaissances dans la recherche et l’éducation

Ensuite, par l’évaluation des formes émergentes de la production urbaine, ces expériences ont vocation à être partagées. Ainsi, la détermination des voies par lesquelles la connaissance est produite et disséminée est devenue un challenge en soi-même. Pour résoudre ces problème, cela nécessite plus de diversité dans les outils majeurs de la production de connaissance, y compris par la pluralité des cadres de recherches (de Sousa Santos, Arriscado Nunes, Meneses 2006; Roy 2009). Il y a également un besoin de reconsidération des processus de restructuration diverses et contemporaines dans les analyses des phénomènes urbains. Il est inévitable de relancer ces question basées sur la façon dont nous comprenons, racontons et théorisons les pratiques urbaines dans leur relation aux changements urbains et aux acteurs impliqués.

Détails des thèmes abordés aux tables rondes

En offrant une plate-forme pour discuter de tels problèmes, la XVIème conférence N-AERUS consistera en trois sessions de tables-rondes thématiques, chacune suivant une présentation d’articles individuels visant à mettre en question et introduire les programmes académique, institutionnel et communautaire de l’identification des cadres, des pratiques et des recherches innovantes liées avec les disciplines du milieu bâti. Cela va rassembler différents acteurs sectoriels, notamment les académiciens, les praticiens et les consultants.

Les tables-rondes sont centralisées autour des questions principales en cours concernant les états, avec l’aide des outils majeurs de discussion et des objectifs d’analyse tel que l’approche commune de la meilleure pratique, et mettent l’accent sur les acteurs dont les voix ne sont pas encore reconnues en soulevant les questions suivantes :

  • Quelles sont les différentes formes spatiales du développement urbain, leurs défis et leurs dangers respectifs ?
  • Comment les planificateurs, les officiels, les politiciens, les consultants et les autres acteurs agissent sur les changements du développement urbain et en diffusent les résultats ?
  • Comment est produite la connaissance et comment fonctionne l’engagement entre les universités, les politiciens et les communautés urbaines pour atteindre les meilleurs résultats dans l’éducation, la recherche et les services communautaires ?

La soumission préalable des articles individuels liés aux trois tables-rondes est la bienvenue.

TABLE RONDE 1 – Comprendre les nouvelles urbanités conférencier principal urbaniste et géographe

Les très grandement critiquées méga-villes ont été l’objet de nombreuses études récentes, et d’autres formes de changements urbains contemporains reçoivent moins d’attention. L’une d’elle est la prise d’importance de certaines villes de taille faible et moyenne, se développant comme centre régional de l’emploi et destination privilégiée à la migration. Une autre concerne la multiple-localité et multiple-nationalité et fait référence au processus social, économique et politiques de dépassement des frontières d’une ville (ou même d’un pays), tandis qu’elle impacte lourdement sur les opportunités de développements locaux. Ces développement ont conduit à des discussions sur la relation rural-urbain, le développement des axes et les régions fonctionnelles, y compris les demandes pour des planifications urbaines territorialisées transcendantes. D’après nous, tout ces points ont leur importance, mais doivent être approfondis et pas seulement pour souligner les discours académiques des pratiques urbaines. Nous sommes dorénavant intéressés par la remise en cause

  • Des méthodes, problèmes et regards critiques liés aux concepts narratifs et discours dans les processus d’urbanisation derrière les méga-villes,
  • Des nouvelles morphologies des urbanités derrière les méga-villes ou les villes primaires, par exemple par le développement des axes, de régions urbaines, l’actuelle expansion, relativement plus élevée dans les villes secondaires que dans les villes primaires,
  • Des relations urbain-rural et moyens d’existence liés au trans-local et multilocations entre les différentes aires urbaines, la ville et la campagne,
  • Des nouvelles formes d’acteurs impliqués dans la formation du tissu urbain.

TABLE RONDE 2 – Apprendre des diverses expérience au-delà des ‘Meilleures  Pratiques’conférencier principal (travailler dans la pratique, praticien)

Le second thème propose d’interroger la manière dont nous comprenons, racontons et théorisons les pratiques urbaines dans la relation aux mutations urbaines. L’attention particulière portée aux “meilleures pratiques” indique une conception du développement à partir d’une perspective positiviste alors que cela demeure peu clair. Ces expériences et leurs buts sont en réalité rassemblées sous la qualification “meilleures pratiques”. Nous serons amenés à questionner qui détermine les “meilleures pratiques” et à qui sont destinées ces “meilleures pratiques” ? Est ce que les “meilleures pratiques” nous permettent d’examiner qui perd et gagne dans ces processus de transformations ?

  • Quelles questions éthiques devront nous soulever en lien avec le milieu bâti et la production urbaine – quand façonner la ville ? Comment mettre en lumière la voix des marginalisés qui sont souvent représentés par d’autres, tels que, par exemple, des représentants et réseaux professionnels, et comment comprendre l’état du terrain ? Cela nécessite une compréhension des acteurs du développement urbain et de ceux qui n’y participent pas. Par conséquent, des questions regardant les constellations d’acteurs et leurs intérêts, les formes de gouvernance urbaine également, telles que les résultats spatiaux des processus d’inclusion et d’exclusion des développements urbains vont être soulevées dans le but de dégager une compréhension plus profonde des pratiques urbaines actuelles.
  • Si nous déplaçons notre attention des “meilleures pratiques” vers les échecs, pouvons-nous apprendre des conflits et des développements alternatifs ? Comment pouvons-nous faciliter l’échange des différentes pratiques urbaines et apprendre les uns des autres ? Nous allons aborder également le problème de comment comparer le développement Quels sont, dans ce contexte, les critères et les axes de comparaison ? Comment incorporer les citoyens et les usagers dans ces évaluations ?

TABLE RONDE 3 – Les politiques des connaissances dans la recherche et  l’éducation Conférencier principal (travaillant dans les deux sphères de la recherche et de l’éducation)

La table ronde 3 vise la promotion d’une réflexion critique sur notre façon d’obtenir, de créer et d’enseigner les connaissances (politiques, acteurs sociaux et processus de planification), et à la fois dans le monde académique comme parmi ceux que l’on nomme les praticiens, par exemple dans le domaine des consultants. En évaluant cet effort, cette réflexion sur la manière dont sont produites et distribuées nos connaissances constitue un défi en elle-même. Obtenir et créer la connaissance signifie souvent se déplacer à l’intérieur de cadres complexes ou de politiques opposées, dans lesquels garder une voix neutre et se laisser submerger par la complexité sont très proche l’un de l’autre.

  • Inévitablement cela provoque des questionnements en relation avec les sciences et les recherches pratiques urbaines, ainsi que leurs relations à l’apprentissage et l’enseignement sur les villes, et davantage encore quand se développe la question d’entrer dans un sol de culture étrangère. Comment le réseau de connaissance et la distribution des connaissances fonctionne-t-il ? Quels types de chaînes sont utilisées ? Sont-elles plutôt inclusives ou exclusives ? Est-ce qu’elles incluent différentes disciplines et acteurs ou est ce qu’elles restent dans leur propre ‘corps de connaissances’ constitué par un seul domaine professionnel ? Quelles problèmes méthodologiques et épistémologiques se développent en plus de et à partir de l’expérience et des pratiques ?
  • Nous allons également soulever les problèmes éducationnels de l’échange. Pourquoi l’échange est-il important ? Quel est sa valeur éducationnelle ajoutée ? Comment pouvons-nous faciliter l’échange culturel tout comme apprendre des uns et des autres et créer des dialogues nord-sud, sud-nord et sud-sud ? Comment pouvons-nous réconcilier des inspirations professionnelles individuelles (universitaires) avec les besoins des interviewés et des communautés étudiées ?
  • De plus, les expériences menées dans différents pays suggèrent qu’il y a un réel besoin pour les universitaires de prendre part activement dans les processus urbain et de s’associer avec la société civile. Tandis qu’il existe différents modèles, depuis la consultation jusqu’à la promotion, la véritable question est, comment pouvons-nous engager les différents acteurs, quel est le niveau d’engagement ? Quels pièges et défis peuvent émerger et quels sont les attentes communes des deux côtés ?

Organisation de la conférence :

La conférence est organisée autour de différents formats de conférence, tels que des tables rondes, un Open Space et des panneaux visant à améliorer le dialogue formel et informel entre tous les participants. Suivant les présentations individuelles (10-15 min chacune) à chaque table ronde, une discussion informelle sera engagée par les présentateurs sur un nombre de thèmes dont le choix est laissé aux participants. Par la suite, le meneur de la table ronde prolongera la discussion soit sur une question plus large introduite pour résumé la session, soit sur des questions spécifiques liées à l’orientation thématique de la session. A travers l’introduction de formats de conférence ouverts, tel qu’un Open Space tous les participants sont encouragés à participer et le dialogue formel comme informel devrait être mis en avant. Des informations plus détaillées sur cette organisation suivront après la soumission d’un résumé et la sélection.

Soumission du résumé

Vous devez transmettre un texte de 150-250 mots en format .rtf ou .doc avant le 30 avril 2014 12:00 (HEC), adressé à l’adresse mail de la conférence naerus2015.rp@tu-dortmund.de. Les résumés et articles peuvent être écrits en anglais, français ou espagnol.

Les résumés doivent :

  • mentionner la table ronde
  • mentionner un titre
  • expliquer les objectifs, les méthodes et résultats ainsi que les problèmes soulevés, définir le contexte et souligner les arguments principaux.

Dates importantes

Soumission du résumé : 30 mai 2015

Examen des résumés et sélection pour un article complet avant le : 30 juin 2015

Soumission de l’article complet : 15 octobre 2015

Conférence : 19 et 21 novembre 2015

Coût

Il ne sera demandé aucun frais d’inscription pour participer à la conférence. LES COUTS POUR LA DOCUMENTATION ET CAFE/TE PENDANT LA CONFERENCE SERONT EGALEMENT COUVERTS. EN REVANCHE, LES PARTICIPANTS DOIVENT COUVRIR LES COUTS POUR LE DEJEUNER ET DINER COMME POUR LE LOGEMENT ET LE TRANSPORT.