Que’est-ce que c’est N-AERUS?

Nous somme 780 membres.

N-AERUS est un réseau pluridisciplinaire de chercheurs et d’experts travaillant sur la question urbaine dans les pays en développement. Il a été constitué en 1996 à l’initiative d’un groupe de chercheurs européens. Il a pour objectifs de réunir, mobiliser et développer les capacités institutionnelles et individuelles européennes de recherche et de formation en matière urbaine pour le Sud. Il fonctionne en association étroite avec les equipes de chercheurs et d’experts des pays en développement.

La création de N-AERUS part d’un constat:

  • les villes contribuent d’une manière croissante au développement global;
  • aucune intervention sur la ville n’est possible si n’est pas prise en compte la dimension sociale du développement urbain, sa diversité culturelle et sa complexité;
  • les capacités de recherche et l’expérience européenne dans ce domaine sont actuellement sous utilisées.

L’urbanisation est devenue l’une des forces majeures engendrant les changements qui affectent les pays du Tiers Monde et la gestion urbaine l’une des tâches les plus difficiles que ces pays auront à affronter dans les décennies à venir.

Il est certain que les villes dans les pays du Sud non seulement sont en croissance en nombre et en population, mais qu’elles constituent également les concentrations les plus dynamiques de développement social et économique. En ce sens, elles peuvent contribuer à bâtir des sociétés de progrès et de démocratie.

Elles peuvent également générer une répartition plus équitable des richesses nationales, si leur fonction dans l’économie nationale est reconnue par les politiques gouvernementales et les programmes d’aide internationale.

Bien que l’urbanisation puisse induire des avancées significatives du point de vue des conditions sociales, économiques, culturelles et spatiales dans les villes, des actions doivent être entreprises pour pallier les effets négatifs de la croissance urbaine.

Ces dernières années les gouvernements nationaux dans l’Union Européenne ont réduit leur appui à la recherche et aux programmes d’aide internationaux, bien que les universités et d’autres institutions proposent une offre très large de recherches individuelles ou conjointes et des programmes de formation specialisés sur les problématiques urbaines dans les pays en développement.

Leur expérience pourrait être mise à profit pour appuyer des programmes d’assistance technique et des projets urbains de l’Union Européenne. Celle-ci peut jouer un rôle clef en proposant de nouvelles approches et méthodologies de gestion urbaine, en reconnaissant et amplifiant les potentialités sociales, culturelles et spatiales spécifiques des villes du Tiers Monde.

Les gouvernements nationaux et les institutions européennes doivent reconsiderer l’attention limitée accordée jusqu’à present aux programmes d’assistance dans le domaine urbain, augmenter les moyens financiers mis à disposition des programmes urbains de coopération et collaborer davantage avec les institutions de recherche et de formation de l’Union Européenne.

En tant que réseau d’échange d’informations mais aussi de réflexion et d’appui à des interventions dans le cadre de projets urbains, N-AERUS peut être un instrument de cette coopération. Il a pour objectifs de réunir, mobiliser et développer les capacités institutionnelles et individuelles européennes de recherche et de formation en matière urbaine pour le Sud. Il fonctionne en association étroite avec les equipes de chercheurs et d’experts des pays en développement.